Contact Inscription gratuite Retrouvez-nous sur
Connexion
Veuillez vous identifier
Login      *
Mot de passe       *

MARCHE SELECTIONNE

    
Département 75  (Paris) Date de parution : 22/09/2011 Date de péremption : 12/10/2011
Annee : 2011 Edition : Septembre 2011 N° annonce : K1657665

Prestation d’architecte-scénographe pour deux expositions : - Giovanni Battista Cima da Conegliano - De l’impressionnisme à l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre Au musée du Luxembourg, Paris 

Vous pouvez télécharger le DCE ou répondre par voie dématérialisée sur Klekoon
Prestation d’architecte-scénographe pour deux expositions :- Giovanni Battista Cima da Conegliano- De l’impressionnisme à l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre Au musée du Luxembourg, Paris appels offres  (publié le 22/09/2011 17:08:31)
Date de parution: 22/09/2011
Limite de réception des candidatures: 12/10/2011 à 17:00
Département: Paris (75)
 

Objet: Prestation d’architecte-scénographe pour deux expositions :
- Giovanni Battista Cima da Conegliano
- De l’impressionnisme à l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre
Au musée du Luxembourg, Paris
 

Organisme émetteur: Etablissement public de la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais
254/256 rue de Bercy 75577 paris cedex 12 ; Téléphone : 0140134100 ; Fax : 0140134587 ;
e-mail : gareth.lewis@rmngp.fr
 

Description du marché:
-Prestation d’architecte-scénographe pour 2 expositions

La présente consultation concerne la prestation d’architecte-muséographe pour les deux expositions citées en référence.

Les deux projets d’exposition se succédant dans un même espace, la maîtrise d’ouvrage, dans une démarche volontaire de développement durable, lance une consultation unique susceptible de générer des économies de coûts de production (notamment par la réutilisation d’éléments scénographiques) et d’optimiser les temps de montage et démontage.

Le marché est composé de 2 lots. Les candidats doivent présenter leur candidature pour les deux lots. La RMN –GP procèdera à une appréciation combinée des offres pour les deux lots :

Lot 1 : scénographie de l’exposition Giovanni Battista Cima da Conegliano
2 avril – 15 juillet 2011

Commissariat :
Giovanni C.F. Villa, professeur en histoire de l’art moderne et en muséologie à l’université de Bergame, spécialiste de la peinture vénitienne de la Renaissance.

Nombre d’œuvres 50 oeuvres environ

Format de l’exposition en superficie : 550 m2

Estimation de la fréquentation attendue :1000 visiteurs/ jours

1.2 Description du projet artistique :

Propos de l’exposition
Cima da Conegliano est l’un des plus grands acteurs de l’art vénitien de la Renaissance. En effet, dans les dernières années du XVe siècle, cet artiste a quasiment monopolisé les grandes commandes d’art sacré et introduit dans la peinture une manière nouvelle de rendre le paysage. La présentation de cette exposition monographique respectera un ordre strictement chronologique qui soulignera le rôle fondamental joué par Cima da Conegliano dans la peinture vénitienne de la fin du XVe siècle tout en permettant au public d’apprécier son art à son à son apogée.

L’organisation chronologique du parcours des cinquante chefs-d’œuvre réunis à l’occasion de cette exposition permettra d’observer comment l’œuvre de Cima, à ses débuts, est imprégnée de la culture d’Antonello de Messine et de Giovanni Bellini, puis comment lui-même influencera à son tour, les débuts des artistes de la génération suivante, tels que Titien, Lotto et Corrège mais également comment il établit un dialogue avec des peintres tels que Giorgione et Dürer.

L’exposition imaginée pour le Musée du Luxembourg à Paris entend s’inscrire dans la continuité de celle réalisée à Conegliano en 2010 et célébrer, comme elle, mais au cœur de l’Europe, le maître vénitien et la très haute qualité de son art. Elle entend s’en distinguer en faisant quelques choix particuliers. Si l’on maintiendra une présentation chronologique du parcours artistique de Cima et si le thème du paysage restera l’un des fils conducteurs, l’œuvre de Cima sera envisagée sous un angle plus large : on mettra non seulement en évidence de manière explicite et directe, pour le public européen, la formidable évolution de son art, mais on insistera aussi sur les sources où il a puisé et les influences qu’il a exercées.

Pour cela, à Paris seront réunies les versions que Cima donne du thème de saint Sébastien, à commencer par le Saint Sébastien du Polyptyque d’Olera qui ouvrira l’exposition. Ce thème qui revient de manière récurrente dans son œuvre permettra de mettre en lumière de manière assez simple et directe la capacité de Cima à se renouveler et à faire évoluer le sujet. L’importance du thème dans la méditation religieuse personnelle du peintre apparaît clairement lorsque, au terme de son existence, il en vient dans une œuvre tardive à se rendre hommage par une autocitation : dans la toile représentant l’Arcange Raphael et Tobie entre saint Jacques le majeur et saint Nicolas de Bari des Gallerie dell’Accademia de Venise, un saint Sébastien, en tout point semblable à celui du Polyptyque d’Olera, apparait en effet dans le décor brodé de la chape portée par le saint Nicolas. Dans cette œuvre emblématique de la fin de la carrière de l’artiste, la posture est identique, mais le traitement est tout autre. Les autres versions du sujet sont autant d’éléments et d’étapes qui permettent de comprendre comment Cima a progressé vers la grandeur : du Saint Sébastien de la National Gallery de Londres jusqu’au Saint Sébastien de Strasbourg, la plus belle interprétation qui soit de la leçon d’Antonello à Venise. Dans cette œuvre, loin d’imiter servilement son modèle, Cima lui confère un classicisme solennel : dans le dessin du buste, il reste certes fidèle au Saint Sébastien de Dresde d’Antonello, mais il s’en éloigne en faisant pivoter en partie la figure et en lui faisant faire un pas vers le spectateur, invention efficace qui lui permet de mieux inscrire le personnage dans l’espace. Ce panneau montre bien que Cima a dépassé la logique monumentale d’Antonello de Messine et est devenu ainsi une référence nouvelle pour toute une génération d’artiste.

Dans cette optique, nous envisageons aussi de montrer à Paris, des retables qui ont eu des conséquences essentielles dans l’évolution de l’art vénitien, comme la Vierge à l’Enfant entre saint Michel et saint André, de la Galleria Nazionale de Parme. La mise en scène asymétrique de cette œuvre précède en effet aussi bien celle de Sebastiano del Piombo pour le retable du maître autel de l’église San Giovanni Crisostomo à Vénise, que celle de Titien pour la Pala Pesaro de la Basilique Santa Mari dei Frari. En outre, par son travail sur les couleurs, Cima annonce déjà dans cette œuvre la révolution que constituera la peinture tonale. Les visages des saints représentés par Cima mettent en évidence de manière efficace l’évolution stylistique de l’artiste qui ne s’en tient jamais à des modèles prédéfinis mais se révèle toujours capable de moduler à partir d’un motif traditionnel.

Le but de l’exposition sera donc non seulement de faire découvrir Cima da Conegliano à un public européen plus large, mais aussi de poursuivre la réflexion critique amorcée avec l’exposition de Conegliano, en resituant pleinement la figure de l’artiste vénitien dans le contexte majeur de la peinture européenne à la jonction entre le XVe et le XVIe siècle.

1.3 Dates d’exécution du chantier

APS : 28 novembre 2011
APD : 2 janvier 2012
Rendu du DCE par le maître d’oeuvre : 20 janvier 2012
Envoi du DCE : 23 janvier
Rendu des offres des entreprises 17 février 2012
Analyse des offres 20-23 février 2012
Choix des entreprises 24 février 2012
Début du chantier : 9 mars 2012
Livraison du chantier scénographique : 23 mars 2012
Début accrochage des œuvres : 26 mars 2012
Inauguration : 2 avril 2012
Ouverture au public : 3 avril 2012
Fermeture au public : 15 juillet 2012
Démontage des œuvres : 16 -20 juillet 2012
Dépose de la scénographie 23-27 juillet 2012

1.4 Budget des travaux

Le budget des travaux est de 100 000 euros HT

Ce budget couvrira tous les frais pour les éléments constitutifs de la scénographie : fabrication, installation, maintenance et enlèvement des cimaises et mobiliers, décors, revêtement des murs et sols, peinture, électricité et éclairages, signalétique, graphisme, etc.


2. LOT 2 : SCENOGRAPHIE DE L’EXPOSITION « DE L’IMPRESSIONNISME A L’ART MODERNE COLLECTIONNEURS D’AVANT-GARDE AU HAVRE »


2.1 : Fiche de l’Exposition :

Titre de l’exposition : De l’Impressionnisme à l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre
Exposition produite par la Réunion des musées nationaux-Grand palais

Commissariat général de l’exposition : Annette Haudiquet, directrice du Musée d’Art moderne André Malraux du Havre
Commissaire : Géraldine Lefebvre, attachée de conservation du Musée d’Art moderne André Malraux du Havre


Lieu : Musée du Luxembourg, Paris
Dates : 19 septembre 2012 – 6 janvier 2013

Format de l’exposition en superficie :
Environ 550 m2

Nombre d’œuvres : entre 80 et 90 œuvres (peintures, pastels, photographies)
Estimation de la fréquentation attendue : 1400 visiteurs/ jours

2.2 Description du projet artistique :

Au milieu du XIXe siècle, Le Havre accède à la modernité. Le port se transforme et les importations de matières premières font la prospérité de la « Porte Océane ». Des entrepreneurs-négociants bâtissent des fortunes dans le coton, le café et les bois précieux, qu’ils consacrent à l’art. Souvent d’origine suisse ou alsacienne, ces protestants font preuve d’un esprit d’entreprise, tant dans le négoce que dans le collectionnisme.
Parmi eux, quatre collectionneurs émergent : Olivier Senn (1864-1959), le plus connu, mais aussi Charles-Auguste Marande (1858-1936), Georges Dussueil (1848-1926) et Pieter Van der Velde (1848-1922). Toujours à l’affût de la nouveauté, ils achètent des œuvres impressionnistes, postimpressionnistes et fauves. La confrontation de leurs acquisitions révèle une saine émulation : c’est à qui achètera le plus beau Monet, à qui pourra s’offrir un Bonnard, un Van Gogh ou un Matisse. Il leur arrive d’acheter des œuvres directement auprès des artistes, comme Olivier Senn, premier acheteur d’un tableau de Giorgio De Chirico. Les fleurons de leurs collections ont compté des chefs-d’œuvre qui ornent aujourd’hui les cimaises des grands musées du monde entier, de Londres à New York, de Venise à Tokyo.
Leur esprit d’entreprise les conduit à soutenir de jeunes artistes : en créant le « Cercle de l’Art Moderne » en 1906, ils permettent à des peintres havrais comme Braque, Dufy ou Friesz, d’exposer dans leur ville, d’être « prophètes en leur pays ». Le Havre devient de fait l’un des hauts lieux du fauvisme, un mouvement artistique qui vient juste d’émerger. Le port, sans cesse modernisé, devient le sujet de leurs tableaux – dans la continuité de Monet, car Le Havre est le lieu où a été peint Impression soleil levant, le tableau qui a donné son nom à l’impressionnisme.
Mais ces collectionneurs ont aussi servi l’intérêt public : en 1903, Van der Velde attire Pissarro au Havre, qui y passera son dernier été et peindra plus de vingt vues du port ; Dussueil fera acheter deux de ces tableaux par le musée ; Marande lèguera sa collection à la ville en 1936 ; enfin, la collection des Senn, celle du père Olivier, et celle de son fils, Edouard (1901-1992), a été récemment donnée par leur descendante, Mme Hélène Senn-Foulds.
C’est donc un voyage que propose cette exposition de Corot à De Chirico, de Delacroix à Dufy, de Monet à Marquet, un voyage au cœur du mystère du collectionnisme, de l’enthousiasme et de la générosité, un voyage à la pointe de l’avant-garde.

(Liste d’œuvres en annexe)

2.3 Date d’exécution du chantier :

APS : 10 février 2012
APD : 6 avril 2012
Rendu du DCE par le scénographe :1er juin 2012
Publication du DCE : 15 juin 2012
Rendu des offres des entreprises / Analyse des offres : 15 juillet 2012
Choix des entreprises 29 juillet 2012
Début du chantier : 13 août 2012
Début de l’accrochage des œuvres : 10 septembre 2012
Inauguration : 18 septembre 2012
Ouverture de l’exposition au public : 19 septembre 2012
Démontage : 7 – 11 janvier 2013
Dépose de la scénographie : 14-18 janvier 2013



2.4 Le budget des travaux :

Le budget des travaux est de 100 000 euros HT.
Ce budget couvrira tous les frais pour tous les éléments constitutifs de la scénographie de l’exposition : fabrication, installation, maintenance et enlèvement des cimaises et mobiliers, décors, revêtements de mur et de sol, peinture, électricité et éclairages, signalétique, graphisme,…etc.




________________________________________

La mission :

La mission du scénographe comprend pour chacun des projets :

1- Mise en forme des projets (y compris graphisme) en réalisant des espaces aux normes muséographiques de température et d'hygrométrie constantes.
- Elaboration des APS et APD
- Participation aux réunions, recherches de solutions techniques, validation des options prises en regard du budget des travaux
- Établissement, à partir des APD, des plans d'exécutions et des descriptifs quantitatifs détaillés de tous les ouvrages nécessaires aux deux scénographies (cimaises; planchers; plafonds; mobilier; vitrines, socles, décors, revêtement(s) murs et sols, électricité, éclairage, audiovisuel, signalétique, soclage et toute réalisation nécessaire aux scénographies des 2 expositions) par corps d'état ou par ouvrage en conformité avec le budget des travaux.
- Validation des plans d'exécution et du descriptif quantitatif détaillé réalisés par des prestataires sous-traitants le cas échéant
- planning prévisionnel d'exécution

2- L’assistance à la passation des marchés
- rédaction des documents nécessaires à la mise au point des dossiers de consultation des entreprises (DCE) : cadre de bordereau de prix (DPGF), cahier des clauses techniques particulières par lot (CCTP), plans d’exécution et planning d’exécution.
- disponibilité pour répondre aux questions des entreprises
- rédaction des rapports d'analyse des offres
- établissement des tableaux comparatifs des offres par alignement technique
- remise des avis techniques sur les offres reçues
- mise au point des calendrier d'exécution des travaux pour chaque exposition.

3- Phases d’exécution : assistance à maîtrise d’ouvrage
- Suivi de fabrication des éléments de scénographie, vérification de l'avancement des travaux et de la conformité des ouvrages par rapport aux dispositions des marchés et des commandes
- organisation et supervision du chantier des travaux (incluant période d'installation des œuvres, maintenance des installations pendant l'exploitation de l'exposition, démontage et évacuation des constructions)
- Coordination et suivi des installations des Expositions :
o Organisation de réunions de chantier hebdomadaires en présence du maître d’ouvrage et des commissaires, et des réunions de réception de fin de chantier en présence des mêmes participants
o établissement et transmission aux participants des comptes-rendus de ces réunions
o Rédaction et signature des procès-verbaux de réception
o Suivi de la maintenance durant les expositions, des démontages et des enlèvements de tous les ouvrages à la fin de chaque exposition.



Sélection du scénographe :

Modalités de sélection du Titulaire :

La sélection se fera en deux phases :

Phase 1 - La sélection des candidats admis à présenter une offre:

Les candidats sont invités à présenter un dossier de candidature avant le 12 octobre 2011, 17 heures (délai de rigueur).

Le dossier de candidature doit être composé comme suit :
• DC 1- ancien DC4 (disponible sur http://www.minefi.gouv.fr, thème : marchés publics).
• Déclaration du candidat (DC 2-ancien DC5)
• Une lettre d’intention (motivation) concernant les deux scénographies des Expositions
• Un dossier présentant les réalisations récentes avec des photos et le coût des projets

Le comité de sélection examinera les candidatures selon les critères suivants et sélectionnera 3 ou 4 candidats admis à présenter une offre :
• Pertinence de la lettre d’intention définissant le projet proposé au regard du lieu et du contexte des expositions : 55 %
• Qualité des références générales et expériences récentes: 45 %

Phase 2 - La sélection du titulaire

Les candidats admis à présenter une offre seront auditionnés et présenteront leur projet le 7 novembre 2011 devant le comité de sélection composé de représentants de la Réunion des musées nationaux (RMN) et des commissaires.

Sur la base d'un dossier scientifique qui leur sera remis, les candidats devront présenter leur offre comprenant pour chacun des projets
• Une esquisse sur le support de leur choix,
• un devis détaillé de la prestation exprimé en HT (voir détail ci-dessous)
• un planning d’intervention,
• état annuel des certificats reçus (ou DC 7),
• attestation d'assurance de responsabilité civile
• la copie du (ou des) jugement(s) prononcé(s), si le candidat est en redressement judiciaire


Concernant le devis que doivent remettre les candidats admis à la phase 2 de la sélection, ce document doit faire état :
- du montant des honoraires perçus par le scénographe au titre de la conception intellectuelle des projets, graphisme compris
- du chiffrage détaillé des deux projets - par postes - pour nous permettre de constater que les projets tiennent dans l’enveloppe allouée à chaque projet : le scénographe prend un engagement sur le chiffrage de ses projets exprimés HT

Le comité de sélection examinera les offres selon les critères suivants :

Critère 1 : Evaluation du projet global par le jury : 55 %
- 1.a : Esthétique du projet Cima: 30 %
- 1.b : Esthétique du projet Impressionnisme 30%
- 1.c : Maîtrise technique : 40 %

- Critère 2 : Respect de l’économie générale du projet et maîtrise des coûts de travaux au regard de l’enveloppe budgétaire : pondération 25%

- Critère 3 : Proposition d’honoraires (prix) : pondération 20%


•A l'issue de la phase 2, les candidats non retenus recevront chacun une indemnisation de 1500 euros HT.



Procédure de passation : adaptée

Critères d’attribution :

Modalité d’attribution :
A - Pour la sélection des candidats invités à concourir :
- Critère 1 : Pertinence de la lettre d’intention définissant le
projet proposé au regard du lieu et du contexte de
l’exposition : 55 %
- Critère 2 : Qualité des références : 45 %

B- Pour la sélection du titulaire du marché de scénographie :
Critère 1 : Evaluation du projet global par le jury : 55 %
- 1.a : Esthétique du projet Cima: 30 %
- 1.b : Esthétique du projet Impressionnisme 30%
- 1.c : Maîtrise technique : 40 %

- Critère 2 : Respect de l’économie générale du projet et maîtrise des coûts de travaux au regard de l’enveloppe budgétaire : pondération 25%

- Critère 3 : Proposition d’honoraires (prix) : pondération 20%

Modalités et date limite de transmission des candidatures : 12 octobre 2012, 17h


sous enveloppe cachetée portant la mention « Expositions Cima da Conegliano et De L’Impressionnisme à l’Art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre , candidature scénographique » par envoi recommandé avec accusé de réception (le cachet de la poste faisant foi) ou dépôt contre récépissé. Les dossiers parvenus hors délais seront rejetés.

Les renseignements d’ordre administratif peuvent être obtenus auprès de :

Richard Garcia
Réunion des Musées Nationaux
254/256 rue de Bercy
75012 Paris
Tél. 01 40 13 47 25
richard.garcia@rmn.fr

Les renseignements d’ordre artistique, technique et
financier peuvent être obtenus auprès de :

Anne Fréling
Chef de projet
Réunion des musées nationaux
254/256 rue de Bercy
75012 Paris
T. 01 40 13 48 04
F. 01 40 13 49 54
anne.freling@rmngp.fr
pour le lot 1



Fabienne Charpin-Schaff
254/256 rue de Bercy
75012 Paris
T. 01 40 13 46 26
F. 01 40 13 49 54
Fabienne.charpin.schaff@rmngp.fr
Pour le lot 2


Adresse profil acheteur, le DCE (Dossier de Consulation) est téléchargeable gratuitement sur : www.klekoon.com
 

Classe d'activité:
- 74: Services fournis principalement aux entreprises
 
    


NOS SERVICES
> POUR LES ENTREPRISES
> POUR LES ACHETEURS PUBLICS
CONTACT / TELECHARGEMENTS / AIDE
> CONTACT
> TELECHARGEMENTS
> ARCHIVES
Aide / Réseau sociaux
> AIDE
RETROUVEZ-NOUS SUR